Cuisine du Nagaland

L’économie du Nagaland dépend principalement de son agriculture et chaque communauté dispose de sa propre cuisine, préservée de toute influence extérieure. Chaque cuisine est dépendante des ressources locales et les herbes saisonnières jouent un rôle prépondérant dans l’assaisonnement de chaque plat.

La communauté Lotha est réputée pour ses mets cuisinés dans des cylindres de bambou et plats à base de pousse de bambou ; la communauté Ao pour leurs préparation à base de feuille de yam (Anishe) ; la communauté Sema et Angami pour leur axonhe (soja fermenté). La cuisine Naga est de règle générale non-végétarienne avec le porc comme viande de prédilection qu’elle soit fumée, séchée ou fermentée).

Le riz est la céréale de base et s’accompagne souvent de viande. Les légumes verts et herbes locales agrémentent les repas souvent bouillis. L’huile est très peu utilisée et les Nagas préfèrent utiliser le gras de porc fumé.

La fermentation fait partie intégrante de la cuisine Naga. Gras de porc, soja, feuilles de yam, pousses de bambou, poissons, crabes, salades, feuilles de moutarde et autres sont fermentés et préservés.

Dans les marchés locaux, on peut acheter vers à soie, chenilles, larves, anguilles, grenouilles, escargots, araignees et serpents…

Le Nagaland est également le fief de l’un des piments les plus forts au monde: le “Bhoot Jalokia” ou “Naga Raja Mirchi”. En 2007, le Guinness Book des Records décernait la palme de 3e piment le plus fort au monde.

Comme dans chaque autre état du Nord-Est, les Nagas fabriquent leur propre bière de riz appelée “zutho” nécessitant un procédé de fermentation élaboré. Certains le comparent à du saké japonais avec une pointe fruitée ou acidulée et parfois fumée lorsqu’il a été préparé au feu de bois.