Festivals du Nagaland

Le Nagaland, pertinemment appelé “Terre de Festivals” accueille tout au long de l’année une multitude de célébrations rassemblant les différentes communautés. Par le passé, les festivals prenaient place avant et après les semences pour demander aux dieux de protéger les récoltes mais aussi pour célébrer la fin des durs mois de labeur dans les champs. Aujourd’hui, ils servent à conserver les valeurs et traditions ancestrales et conserver la culture identitaire de chaque tribu. L’arrivée du christianisme a engendré de profondes modifications dans le mode de vie des Nagas qui ont tout de même réussi à préserver leur identité culturelle malgré leur mode de vie plutôt moderne. Parmi les plus connus, le Hornbill Festival (1e semaine de décembre) attire une foule du monde entier.

Suhkuruhnye est le festival le plus important de la communauté Chakhesang Nagas durant 11 jours à partir du 15 janvier. Les jeunes sont bénis à travers différentes cérémonies et rituels. Le premier jour, des animaux sont sacrifiés et le sang de ces derniers est éparpillé devant la porte principale de chaque maison et la chair offerte aux divinités par le prêtre du village. Le second jour commence la bénédiction des jeunes. Au lever du jour, ils vont se laver au puit du village puis retournent chez eux avec de l’eau qu’ils font bouillir afin de préparer le repas sacré. Les hommes partent chasser les oiseaux qui serviront à décorer de longs bambous. Certaines espèces d’oiseaux permettraient de connaitre l’avenir. Le troisième jour est consacré aux femmes durant lequel les mères bénissent leurs filles. Le quatrième jour marque le temps des festivités et rassemblements. A partir du cinquième jour, les rituels laissent place aux chants et danses qui peuvent durer jusque tard dans la nuit. On retrouve également ce festival dans la communauté Chokri du district de Phek.

La communauté Angami célèbre ce festival dans le village de Tuophema. Il tombe généralement le 25e jour du mois de “Kezei”. Il est également appelé Phousanyi et dure 10 jours. Quelques gouttes de bière de riz sont recueillies dans des feuilles disposées dans les pièces principales de la maison. Le premier matin du festival, les hommes vont prendre un bain purificateur. Ils performent le “Dzuseva” (effleurer l’eau endormie) en arborant 2 châles neufs: le Mhoushu blanc et le Lohe noir. Cette cérémonie permet de se laver des maladies ou mauvais sorts. De retour à la maison, un poulet est sacrifié. Ses entrailles sont pendues devant la maison et examinées par les anciens du village. S’ensuit le “Thekra Hie”, 3 jours de festivités où les jeunes se rassemblent pour chanter et danser. Le septième jour, les hommes partent à la chasse.

C’est le festival le plus important de la communauté Zeliang et se déroule du 10 au 15 février afin de demander sante et prospérité aux divinités. Le premier jour, appelé “Hega Teu Dap”, permet aux familles de se rassembler, chanter et s’offrir des présents. Le second jour “Herie Kap”, les gardiens du village performent des rituels de protection. Le troisième jour “Tsing Rak” est consacré aux couples mariés afin marquer et renforcer leur union. Les familles de chaque coté se retrouvent pour pratiquer différents rituels. Le festival atteint son apogée le quatrième jour “Rodi” où chacun revêt ses habits traditionnels et participe aux activités culturelles. Une danse est même réservée aux filles célibataires. Le dernier jour, les anciens éteignent le feu sacré allumé au début du festival.

Ce festival agricole marque la saison des semences au mois de février et dure 11 jours. Le chef du village commence par semer quelques graines suivi par le reste du village. Une fois le labeur terminé, les habitants se rassemblent pour chanter, danser et festoyer sur la place principale éclairée pour l’occasion a l’aide de bambous imbibés de résine de pin.

C’est le festival principal des Konyaks et prend place la première semaine d’avril. Il a pour but d’invoquer les divinités afin qu’elles protègent les récoltes. Chaque jour a un nom différent et un rôle particulier. Les habitants arborent leurs magnifiques coiffes piquées de plumes et défenses de phacochères et dansent au rythme des tambours traditionnels.

Ce festival se déroule une fois les champs semés et tombe généralement la première semaine de mai. La veille du festival, les portes du village sont fermées. Différents rituels et cérémonies marquent ces 3 jours de festival. Les habitants se détendent après le dur travail des champs. ‘Sangpangtu’ est le jour le plus important du Moatsu Festival. Les villageois allument un grand feu et festoient autour. Les chants et danses sont dédiés aux divinités afin qu’ils protègent les récoltes et permettent de resserrer les liens du clan.

La communauté Chang considère que l’ensemble de la création se trouvait dans l’obscurité la plus totale durant 6 jours. Il faisait tellement sombre qu’il était impossible de s’aventurer en dehors du village pour chasser ou récolter du bois ou de l’eau. Les habitants devaient épuiser toutes leurs réserves jusqu’au septième jour où la lumière revenait. C’est alors que le Naknyulem avait lieu. Le village est nettoyé de font en comble et de nouvelles réserves de bois et d’eau sont récoltées. Des animaux domestiques sont sacrifiés et les habitants se rassemblent pour chanter et danser au son du kongkhin, instrument de musique en bambou utilisé par les femmes. Le second jour ‘Youjem’ (lune noire), les habitations sont décorées des feuilles d’un buisson appelé ‘ngounaam’ et les villageois ont interdiction de quitter le village. Des présents et de la nourriture sont échangés et les gens s’adonnent aux activités sportives et culturelles. Le soir, des graines sont brulées afin de prédire le bien-être futur de chaque famille.

C’est le plus grand festival de la communauté Sumi et se déroule en juillet afin de célébrer la fin des récoltes. Des offrandes sont faites à ‘Litsaba’, divinité de l’abondance. Tuluni est en fait le nom d’un verre fait a partir des feuilles du plantain et donne son nom au festival. C’est dans ce verre qu’est servie la bière de riz. La période du festival est également propice aux mariages.

Ce festival agricole est fêté par la communauté Yimchunger durant 5 jours après la récolte du millet. C’est aussi la période propice pour le départ des âmes des défunts. Les habitants profitent du festival pour régler les différents conflits et célébrer fiançailles et mariages.

La communauté Sangtam vénère la divinité du foyer durant ce festival. Il se déroule chaque année la première semaine de septembre juste avant les récoltes. Chaque jour a une signification différente. Le premier jour permet de finaliser les transactions commerciales, l’achat d’animaux domestiques ainsi que la collecte et préparation de la nourriture qui sera consommée durant le festival. Le deuxième jour, les habitants sacrifient des animaux domestiques. Le troisième jour commence les rituels centrés autour des 3 pierres que l’on trouve au centre du foyer. Il est alors interdit de s’aventurer en dehors du village et les travaux agricoles sont suspendus. Le quatrième jour, les villageois se rassemblent pour nettoyer le village, les champs, rivières et puits. En fin de journée, ils partagent leur diner dans la maison du chaman. Le cinquième jour, les familles et amis se retrouvent pour s’échanger présents et nourriture. Le dernier jour correspond au début des récoltes.

Ce festival est observe par la communauté Khiamniungan qui habite le district de Tuensang. Il précède les récoltes où les dieux sont sollicités afin de protéger ces dernières ainsi que les familles. Les habitants demandent permission a leur dieux pour démarrer et consommer leurs nouvelles récoltes. Pour ce faire, ils sacrifient des animaux et gardent une partie du cou et des côtes dans le Morung (dortoir). Les différentes parties du village : maisons, routes et ponts sont réparés par les hommes qui se rassemblent ensuite pour festoyer. C’est aussi l’occasion pour les anciens guerriers de présenter les trophées qui témoignent de l’époque où ils pratiquaient la chasse à l’homme.

Ce festival a lieu la première semaine de novembre durant 9 jours par la communauté Lotha. Les habitants arborent leurs plus beaux vêtements traditionnels et permet de célébrer l’amitié, l’unité du clan et de faire la paix avec ses ennemis autour de banquets et d’échange de présents.

C’est le festival le plus important de la communauté Rengma et prend place la dernière semaine de novembre pendant 7 jours et correspondant à la fin du cycle agricole. Le premier jour, les habitants préparent la bière de riz. Le jour suivant est consacré aux défunts. Les habitants nettoient les tombes et pratiquent rituels et prières. Le lendemain, les femmes retournent au cimetière pour offrir de la bière de riz aux défunts. En effet, ces derniers auraient le pouvoir d’influencer la bonne santé des récoltes. Le quatrième jour est consacré à la purification du corps, des vêtements, des armes et des habitations. Le cinquième et sixième jour permettent de festoyer et performer les chants et danses traditionnels. Le dernier jour clôture le festival avec différents rituels permettant d’assurer le bien-être du village.

Aussi appelé ‘Festival des Festivals’, le Hornbill Festival se déroule chaque année début décembre. Il permet de promouvoir le riche patrimoine culturel du Nagaland en rassemblant les différentes tribus de l’état. Il se déroule à 12 km de la capitale Kohima dans le charmant village de Kisama où ont été construites pour l’occasion une dizaine de huttes traditionnelles. En plus des nombreux chants et danses, on peut également assister à de nombreux événements : concert de rock, élection de miss Nagaland, rallye de voiture de collection, marché nocturne… Le Hornbill festival est l’opportunité idéale pour découvrir la cuisine, les chants et les coutumes Nagas.

Cet événement qui se tient à Diezephe met à l’honneur les méthodes traditionnelles de tissage, technique en disparition. On peut y découvrir les artisans à l’œuvre. Ces derniers fabriquent de magnifiques étoles, châles et habits traditionnels. Il est possible de participer à différents workshops : filage du coton, tissage et application de teintures naturelles. On peut aussi y gouter la cuisine locale, d’assister à des concerts ou voir une expo.

Avec une population majoritairement catholique, Noël est célébré en grande pompe. Pendant l’avent, Kohima et de nombreuses autres villes accueillent le Christmas Carnival, marché de Noël version Naga avec de nombreux stands proposant mets locaux, produits artisanaux, décorations de Noël mais aussi jeux et concerts.